Blog

Tous les articles de ce site...

légende de l'image légende de l'image crédits de l'image

Un article sur l'humanisme, est-ce vraiment nécessaire ? Au fond de nous, chacun mesure à sa manière ce qu'est ou ce que devrait être l'humanisme, non ?

Faisons un petit tour ensemble pour explorer ce qui manque à notre vie aujourd'hui pour que l'on y ressente l'humanisme. Nous regarderons ensuite comment nous pouvons contribuer à plus d'humanisme. Et puis, est-ce vraiment important ? Quelle est la finalité de l'humanisme ? Enfin, quels sont les grands chantiers qui nous attendent ?

Partons quelques instants en voyage dans les méandres de nos pensées et de nos consciences.

Constat de notre manque d'humanisme.

Nous faisons tous le constat que notre monde pourrait être meilleur. Chacun de nous aimerait qu'il n'y ait plus ni guerre, ni famine. Nous souhaiterions vivre une vie sans peurs, sans inégalité, en étant pleinement compris et accepté.

Nous savons qu'une partie de la solution à l'humanisme est dans nos mains. Mais souvent, nous nous disons que ce que l'on peut faire est insignifiant vis à vis de ce que font ceux qui "sont au pouvoir". Alors il nous arrive de perdre espoir voir même de devenir critique, aigri et d'oublier ce que nous pouvons faire.

Notre impact sur l'humanisme

C'est vrai, que ceux qui ont du "pouvoir" prennent des décisions qui ont plus d'impact sur a vie en général. Mais comme nous, ils peuvent agir par volonté de dominer ou par un élan de générosité ou de partage.

Quelque soit la place que nous avons, ce sont nos actions qui ont de l'importance. C'est notre vie que nous avons à prendre en mains. Nous avons tous à contribuer à plus d'humanité et c'est cet élan là qui enracine notre place dans le monde.

Le premier terrain que nous avons tous à humaniser est nous-même. En prenant soin de nous, nous contribuons à la vie.
D'une manière simple, voici quelques pistes pour contribuer à l'humanité :

  • s'accepter tel que nous sommes et dépasser nos peurs, nos émotions et nos idées limitantes,
  • créer des liens avec les autres et partager les ressources que nous avons en trop.
  • s'inspirer de ceux qui ont fait preuve d'humanisme et dont l'exemple nous fait vibrer.

Que l'on soit au service du nettoyage des trottoirs d'une rue ou président d'un pays, si nos efforts sont empreints de générosité, ils ont la même importance aux yeux de l'humanité. Ils sont pour l'un et pour l'autre le fruit d'un réel dépassement.

Notons que l'un et l'autre peuvent se laisser aller à la facilité : l'employé de la ville peut se laisser entrainer par son idée d'inutilité et passer à coté des multiples services qu'il peut rendre et le président peut se laisser aller aux actions qui gonflent sa renommée et oublier les véritables élans de transformation que lui suggère son humanisme.

Pour qui que ce soit, les élans d'humanisme nécessitent un véritable dépassement. Ils engendrent une vraie joie et chaque dépassement mérite d'être célébré, que ce soit l'abolition de la peine de mort ou le retient d'un parent qui ne laisse pas exploser sa colère.
Sur le cheminement d'ouverture aux autres, les premières actions peuvent sembler difficiles, mais lorsque l'on en a pris l'habitude, nous percevons que c'est le seul choix qui nous permet d'être vraiment en vie, d'être pleinement soi-même.

Comprenons bien les deux polarités d'énergie : s'occuper de soi (comprendre qui l'on est et comment l'on fonctionne) et être en lien avec les autres. Chacune à de l'importance. Et il est souvent utile d'apprendre à écouter ce qui vibre au fond de soi pour suivre cet élan en souplesse.

Quelle finalité ?

Prenons un peu de hauteur. Où cela va-t-il nous mener ? Quand est-ce que l'on en aura fini ?

Notre monde évolue en conscience, en humanité. Nous sommes tous sur le chemin de l'évolution de conscience, à des stades différents, avec des élans de vie différents.
Certains hommes ont complètement reconstruit l'humanisme en eux. Leur chemin s'est étalé sur de nombreuses incarnations. Nous les appelons les Maîtres de Sagesse (car ils ont maîtrisé l'illusion de séparation dans laquelle nous sommes). Certain d'entre eux ont choisi d'aider les hommes dans leur cheminement de conscience. Ils sont les Maîtres : Maitreya, Saint Germain, Morya, Koot Houmi, Jésus, Rakóczi, ceux qui furent : Marie, Mozart, Beethoven... Ils nous disent que nous sommes tous sur ce chemin et que chacun de nous atteindra cette maitrise.
Nous sommes tous issus de la même source de vie, avec un élan individualisé. Et ce qui nous caractérise, nous les êtres humains, c'est que nous avons eu l'audace de croire que nous pouvions faire le lien entre la matière et la lumière.
Le retour à notre humanisme sellera notre réussite à avoir maitriser la matière, nous offrirons alors à la Vie un nouvel élan. Mais il y a encore de nombreux siècles d'expérimentation pour aboutir à cette finalité. Nous faisons notre chemin, à notre rythme, mût par notre volonté à être pleinement Qui Nous sommes vraiment.

Les grands chantiers qui nous attendent.

Dans l'immédiat, nous avons tous à comprendre qui nous sommes et comment nous pouvons enrichir la Vie, modeler nos organisations, nos connaissances.

Nous avons à apprendre à travailler ensemble en exploitant nos diversités et en partageant les ressources qui nous sont offertes. Évidemment, un des grands challenges de notre époque est d'instaurer un climat de paix partout sur la Terre. Et cela passe par la vigilance à ce que CHAQUE HOMME reçoive les besoins de base : nourriture, toit, éducation et soins.
La technologie se mettra au service de chacun et facilitera nos vies comme elle commence à le faire maintenant.
Les organisations économiques laisseront les lois de marché pour une coopération orientée vers le bien-être de tous.
La politique retrouvera la confiance des citoyens parce qu'elle sera à leur service...

Conclusion

Nous portons tous au fond de nous cet humanisme. Il ne demande qu'à être activé, qui que nous soyons, quoi que nous ayons vécu. Notre chemin comporte des élans intérieurs et des élans extérieurs qu'il est utile d'écouter, car ils nous font grandir.
Dépassons nos peurs, nos émotions, nos idées limitantes. Nous comprendrons peu à peu Qui nous sommes et Quelle est notre place dans la Vie.
Notre conscience s'ouvre, regardons l'avenir, il est emprunt d'élans plus forts que ceux du passé.

Merci pour ce moment de partage occasionné par la lecture de ce texte. Belle journée à toutes et à tous et bon chemin sur la voie de l'humanisme.

Lu 228 fois Dernière modification le samedi, 17 mars 2018 08:45

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.